Éclore

Il y a quelques années, Laëtitia Casta a sorti un livre de photographies d’elle, nue. J’admire cette belle femme et je voyais dans cette publication le signe d’une grande liberté personnelle. De là où j’en étais à l’époque, je n’ai pas acheté ce livre par « timidité », impressionnée par l’audace et la nudité. Mais elle a semé une graine au fond de moi.

En me séparant il y a quatre ans, j’ai progressivement enlevé l’armure de guerrière que je portais pour aller contacter davantage de douceur. En étant masculine dans mon fonctionnement, je ne voyais pas mon corps dans sa beauté féminine. C’était une mécanique qui me permettait de faire du sport avec facilité, d’être peu malade et de faire de multiples activités sans faillir.
Lorsque j’ai décidé d’aller le rencontrer dans sa part féminine, une métamorphose s’est annoncée.
Peu à peu, je me suis sentie plus sûre de moi, plus belle.
Le premier « défi » que je me suis lancé a été de poser nue comme modèle pour une amie sculptrice, Isabelle, il y a deux ans. Sculpter ce qui sort de son imagination et sculpter en observant un modèle sont deux exercices différents. Mon amie souhaitait faire l’expérience de travailler avec un modèle, j’avais envie de tester la fin d’une forme de pudeur. Les séances ont été joyeuses, et studieuses aussi.
Ce moment partagé fut une belle étape pour ma confiance en moi. Elle raconte son regard sur notre expérience commune sur son site. Merci Isabelle!

Au printemps 2020, j’ai eu envie de faire un pas de plus, inspirée par le souvenir de Laëtitia Casta. J’ai commencé à poser l’intention de trouver une photographe et laisser grandir en moi la joie de ce moment de liberté à venir. En été, j’ai fait la rencontre de Kami. Habituée des photos en extérieur, elle m’a demandé si j’étais partante pour les faire en forêt. Vous connaissez mon amour de la nature, j’ai accepté. Programme de la séance, me laisser aller à jouer, tout en testant mon aisance avec mon corps. Kami m’a mise en confiance immédiatement, j’étais pleine d’enthousiasme, nous avons beaucoup ri.

Elle m’a transmis les photos quelques jours après et j’ai été ébahie du résultat. Ces photos, en fonction de l’angle ou de la tenue, montraient plusieurs facettes de ma personnalité. Le regard professionnel de Kami  a fait ressortir cela. Et ce qui m’a particulièrement étonnée: j’y ai vu une belle femme! Ne vous méprenez pas. Les personnes extérieures me disaient que j’étais une belle femme. Mais ne le ressentant pas moi-même, le compliment entrait par une oreille pour aussitôt ressortir par l’autre. En voyant ces photos, je me suis vue autrement et cela a contribué à me donner encore un peu plus confiance. Merci Kami!

Comments

  1. Merci pour ce partage qui me touche ! S autoriser å s aimer…quel beau chemin !
    Oui tu es å mes yeux une belle femme, mais je crois que aujourd hui tu rayonnes tellement de l interieur que tu diffuses cette « beautė » autour de toi ! 🙏💕

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *