Les gentils et les méchants

Vous est-il déjà arrivé d’être fortement en conflit avec quelqu’un, au point de ne voir en cette personne que la partie négative de sa personnalité, celle qui a conduit à votre différend ?
Cela peut advenir dans le cadre d’une relation amicale, familiale, professionnelle ou de voisinage mais aussi concerner la relation amoureuse qui se termine.

Nous vivons dans une culture profondément manichéenne où le bien et le mal, la lumière et l’ombre s’opposent et où l’intermédiaire a peu de place. Lorsque nous-mêmes sommes critiqué-es, c’est douloureux de n’être identifié-e que par ce qu’on nous reproche. Or si quelqu’un dit de nous « Il-Elle est fourbe, hypocrite, malhonnête », il est fort probable qu’elle ne voit que cela de nous. Que ce soit vrai ou pas. Si c’est vrai et que nous avons des raisons liées à notre vécu d’être fourbe, hypocrite ou malhonnête, cela ne nous définit cependant pas entièrement. On a tout autour, de nombreuses qualités aussi, qui complètent notre personnalité. Chaque être humain contient en lui l’ombre et la lumière, avec certes des proportions variables. Ceux à qui nous faisons des reproches sont comme nous, ils ont également des parties lumineuses. Sûrement les montrent-ils à ceux-celles qui leurs ressemblent. Peut-être pourrions nous en bénéficier si le conflit ne prenait pas toute la place entre nous.

En conflit récurrent avec une personne avec laquelle je souhaite être en paix, je me suis mise à regarder ce qu’elle me montre de beau par ailleurs. Cela me permet d’apaiser ma relation avec elle. Ce que je constate, c’est que lorsque j’exprime un reproche à cette personne parce que je me suis sentie non respectée, je ne suis jamais entendue.
La lecture de « kilomètre zéro » de Maud Ankaoua a apporté un élément à ma compréhension afin de ne plus me sentir blessée. Dans une scène du livre, l’auteure explique comment une situation donnée peut être vue de façon totalement différente par les protagonistes de cette situation. Personne n’a forcément tort ou raison, mais à coup sûr, voit les choses de façon personnelle.
J’ai reçu cela comme un précieux enseignement. Depuis, je lâche mon besoin d’avoir raison, j’admet que le point de vue de l’autre est juste même s’il ne me convient pas. Je pose mes limites, exprime ce qui me déplaît et entre beaucoup moins dans le conflit.

Ce qui fait que très peu de personnes reconnaissent ce qu’on leur reproche est qu’elles craignent d’être immédiatement placées dans la case des méchants. Et donc mises à l’écart.
Alors place à la nuance. Soyons attentifs à l’ombre en nous, afin de la transformer en lumière. Vous le savez sûrement déjà, c’est la transformation intérieure de chacun-e de nous qui amènera la transformation du monde dans lequel nous vivons.

Prenez bien soin de vous.

Newsletter

Commentaires

  1. Merci Christine pour ce texte autour du conflit.
    Ce n’est pas toujours facile de changer notre regard et d’écouter dans nos échanges ce qui peut nous rapprocher.

    Très bonne fin d’année. Gardons notre confiance dans l’avenir. Cultivons la paix.

    Sincèrement. Janine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *